Hier soir, c'était le Gala de l'ADISQ et je ne l'ai pas écouté.

Pourquoi? Parce que je n'en avais pas envie, tout simplement! En fait, je n'écoute jamais les galas, sauf peut-être les Oscars, et encore, c'est surtout pour les commentaires décapants et ironiques de la pluspart des animateurs de cette soirée... Mais sinon, c'est tellement plate! Je comprends que les différents artistes et artisans du Québec méritent d'être récompensés, mais de là à téléviser la cérémonie? Bof... Tant qu'à faire, qu'on diffuse également toutes les remises de diplômes des différentes universités du Québec... Les diplômés aussi méritent d'être félicités, surtout qu'il n'y en a pas des tonnes qui seront connus du grand public!

Vous vous demandez peut-être (enfin, j'espère!) pourquoi je me qualifie, dans le titre de ce post, de «tataspectateur». C'est en partie pour faire réagir, mais aussi parce que j'ai l'impression que c'est ce que nous sommes tous en train de devenir, à plus ou moins long terme...

Samedi soir, j'étais chez mes beaux-parents pour une soirée entre gars. Il y avait donc moi, mon beau-père et mon beau-frère. On mangeait des hot-dogs pour souper et on prévoyait écouter un James Bond en soirée... Mais en attendant le film et après les nouvelles, que faire? C'est alors que mon beau-père, un intellectuel passionné d'histoire, de politique et de numismatie nous demande, après lecture du télé-horaire : « Est-ce que ça vous dérange si on écoute Loft Story? J'ai jamais vu ça et je suis curieux. » Comme personne n'a rien de mieux à proposer, va pour une demi-heure de télé-réalité à TQS. À la fin de l'émission, mon beau-père nous demande, à mon beau-frère et à moi : « Est qu'il y a vraiment des gens qui écoutent ça à chaque semaine? Mais comment ils font??? »

Voilà la trame de fon de ce post... Comment est-ce que nous, en tant que téléspectateurs, sommes nous capable d'absorber, plus ou moins régulièrement, des productions télévisuelles indigestes, sans nous indignier et crier au meurtre de notre culture?

Je sais que certain(e)s d'entre vous vont me dire ne pas être concernés parce qu'ils n'écoutent pas la télévision... Mais cela vaut quand même pour les autres productions culturelles, de la lecture au cinéma, en passant par la musique et les DVD.

Quand on regarde un peu en arrière, on voit « La Petite Vie », un bon téléroman (pour l'époque, j'en conviens!) qui attirait régulièrement 4 millions de téléspectateurs, et en semaine en plus! Maintenant, l'émission la plus regardée est un jeu de hasard « glamour » avec des pitounes et des pétards qui tiennent des valises (et en ayant l'air aussi!) avec une mauvaise animatrice et des conccurents hystériques... Euh... AAAAAAAAAARGH!

Bien sûr, ce n'est pas toute les émissions de notre télé qui sont abrutissantes à ce point, mais songez à ceci : combien y a-t-il de quizz et de télé-réalités en onde en ce moment? Àmon avis, la réponse tient en un mot : TROP! Je trouve qu'il n'y a pas assez de bonnes productions québécoises et que celles qu'on nous offre ne récoltent pas toute l'attention qu'elles devraient.

C'est en partie de la faute au gouvernement Fédéral avec la pathétique ministre de la culture (avec un gros K ou un gros Q ?) qui coupe à droite et à gauche dans les subventions, mais c'est aussi un important signe de la convergence des médias et de l'américanisation de notre télévision, voire de notre culture...

Malheureusement, je n'ai pas de solutions à proposer, je n'ai que ce constat, à savoir que notre télé me déçoit de plus en plus et que bientôt, nous seront tous des « tataspectateurs » abrutis par une culture de consommation.

Sur ce, je vous laisse!

P. S. En attendant la sortie de la 3e et dernière saison de l'excellent « Minuit le soir », j'hésite entre la 3e saison de « Nip/Tuck et la première saison de « 24 ». Que me conseillez-vous? :p