Il y a quelques jours déjà, le gouvernement Harper s'est excusé, auprès de la population autochtone dans le dossier des sévices subis par cette dernière dans les pensionnats religieux durant une partie des 18e et 19e siècles. Mais, oh surprise! Le Cardinal Ouellet tergiverse et rechigne à faire la même chose! Il ose même aller jusqu'à dire que « l'important [n'est] pas de demander des gestes officiels ». (Citation tirée de cet article de la Cyberpresse)

Ben oui toi! L'Église Catholique est en grande partie responsable de la condition actuelle de la communauté autochtone (perte de repères culturels, alcoolisme, drogue, etc.) avec le génocide culturel perpétré dans les pensionnats, et il n'est pas important de demander des excuses officielles!

Certains me diront que Mgr Ouellet a déjà envoyé une lettre aux journaux pour s'excuser, mais il le faisait uniquement en son nom (pour ce que ça vaut, selon moi!) L'Église (et Benoît XVI) ne s'est jamais excusée officiellement et n'a même jamais fait mine de vouloir reconnaître le tort causé à tous ces individus.

À mon avis, cela montre bien à quel point l'Église Catholique est encore rétrograde (depuis peu, les agentEs de pastorale ne peuvent plus dire l'homélie, qui est redevenu l'apanage des prêtres, grâce à Mgr Ouellet, ce qui revient à retirer le peu de place que la femme pouvait occuper dans la hiérarchie catholique) et fondamentalement hypocrite. On veut nous faire croire que l'Église est près de nos valeurs, que c'est la perte de la foi qui occasionne une perte généralisée de nos valeurs et tuti quanti. Mais quand je vois l'attitude de Mgr Ouellet et de Benoît XVI, je suis excessivement heureux de savoir qu'à partir de septembre, les enfants québécois pourront se faire une idée plus objective de la religion catholique, dans le cadre du cours d'éthique religieuse.

Je sais, ce billet tirait à droite et à gauche, mais c'est véritablement l'attitude condescendante de Mgr Ouellet qui a mis le feu aux poudres, et je n'ai pu m'empêcher de ratisser large, tant ce genre de choses me met en colère.

En espérant que vous me pardonnerez cette offense à la concision, comme je pardonnerai ceux qui ont offenser la grammaire ou le style...