... Blogue l'Éponge prévoit l'élection d'un gouvernement cynique majoritaire. Ce dernier se contrecrissera des étudiants, des pauvres, de l'écologie, et de tout ce qui pourrait le faire dévier de la voie de droite, sur laquelle il vogue allègrement depuis le déclenchement des élections.

Et c'est  grâce à vous, chers électeurs blasés que ce petit miracle politique est attribuable! Mes plus sincères félicitations, je ne croyais pas que votre bêtise et votre déseovrement pouvait atteindre un tel sommet!

Pour paraphraser Peter Pan, qui disait que chaque fois qu'un enfant dit qu'il ne croit pas aux fées, il y en a une dans le monde qui meurt, eh bien moi j'affirme que chaque fois qu'un électeur affirme qu'il ne voit pas l'utilité de voter, la démocratie meurt un peu.

Ça serait dont plus facile vivre dans une dictature! On pourrait chiâler (quoique les conséquences seraient pas mal plus heavy!) tranquillement, sans avoir a faire d'effort pour changer la situation. On aurait pas à se bouger le cul pour aller voter, puisque le même frisé pourrait garder le pouvoir advitam eternam! Ah, utopie, quand tu nous tiens!

D'un autre côté, Patapouf est vraiment en train de gagner son paris! Je suis sûr qu'il avait betté un p'tit 100$ avec Jérôme-Forget qu'en déclenchant des élections de façon purement opportuniste, en ne prenant même pas la peine de mentir convenablement à la population pour endormir ses scrupules, il serait en mesure de se faire élire, avec une majorité en plus!

La devise du Québec a beau être « Je me souviens », une chance qu'on l'a écrite sur nos plaques de char, câliss! Ne venez pas me dire que le gouvernement a bien géré ses dossiers depuis six ans, à moins d'avoir passé cette période à vous droguer à l'ecstasy!

Mais bon, c'est votre choix, à vous d'en assumer les conséquences!

Pour ceux que ça intéresse, mon vote va à Québec-Solidaire, comme la dernière fois.

Sur ce, bonne fin de campagne, et tâchez de ne pas vous étouffer en vous drapant dans vos principes.

Je vous laisse sur ce billet de François Parenteau, qui a plus de talent que moi pour dire ce genre de choses.