Qu'est-ce qu'un cou bleu vous demandez-vous peut-être? C'est la transposition du « redneck » anglophone à la réalité québécoise, plus précisément, à certains éléments du milieu souverainiste. Ce sont les « purs et durs », qui rêvent d'un Québec souverain, unilingue francophone et qui font de l'urticaire sévère au moindre « toaster » entendu dans la rue. Et qui entretiennent une haine viscérale face aux méchants anglos colonisateurs.  Guy A. Lepage et Gilles Duceppe sont deux personalités ayant utilisé cette expression.

Pourquoi est-ce que je veux vous parler des cous bleus? Tout simplement à cause du spectacle « L'Autre St-Jean », qui avait lieu hier soir au parc Pélican. En effet, une quinzaine de cous bleus s'étaient donnés rendez-vous devant la scène peu avant le spectacle, dans le but évident de « brasser d'la marde » (dixit moi-même). Je sais qu'à quinze, la marmite de merde ne peut être si grosse que ça, mais tout de même la (mauvaise) intention était là.

Voici un court extrait d'un article de « La Presse », où il est question de l'un de ces cous bleus : « "Ce n'est pas de la haine envers les anglos. Mais aujourd'hui, c'est la Saint-Jean", a expliqué à La Presse Christian Bergeron, un autre militant présent. Cinq minutes plus tard, l'homme était devant la scène, faisant des doigts d'honneur aux membres de Lake of Stew. »

C'est drôle, mais dans ma tête, je ne fais pas de « fingers » aux gens que j'aime ou que j'estime... Disons que je les réserves à ceux qui me font chier, ou que je déteste particulièrement... Mais non, ce n'est pas de la haine!

Ironiquement, lorsque « Lake of Stew » (ou « Lac de ragoût », comme l'a obligeamment traduit le chanteur) a entamé « Harmonie d'un soir à Châteaugay » de Beau Dommage, les cous bleus se sont tus, « flabergastés » par le fait que des anglos peuvent aussi chanter en français! Wow, la découverte du siècle!

Ah! Et ai-je mentionné que toutes les interventions du chanteur à la foule furent faites en français ? Mais bon, il s'agit surement d'une nouvelle stratégie d'assimilation de la part des evils-anglos, qui souhaitent encore nous rayer de la carte « canayenne » une bonne fois pour toute!

Finalement, pour un compte-rendu venant d'un participant, je vous invite à lire la chronique de Marc Cassivi, qui m'a inspiré ce billet.

Et en terminant,

Bonne St-Jean à tout le monde!
Happy St-Jean to everybody!